partage

Affaire Al Qods : Finalement Al Qods ne changera pas de statut – Ainsi soit-il a décidé l’Assemblée générale de l’ONU

Les menaces formulées par Donald Trump en tant que ‘Président’ et les Etats-Unis en tant que ‘1ère puissance mondiale’ contre ceux qui voteront pour le projet de résolution demandant l’annulation de la décision de reconnaître Al Qods comme capitale d’Israël, ont pris l’eau, ce jeudi 21 Décembre 2017, lors de l’Assemblée générale de l’ONU, tenue en session d’urgence.

Cette résolution a été finalement adoptée suite au résultat du vote suivant :

128 nations POUR

     9 nations CONTRE

35 nations ABSTENUES

De ce fait l’Assemblée générale a condamné avec une large majorité la décision américaine, sachant que le texte, proposé par le Yémen et la Turquie, affirme que toute décision sur le statut de Jérusalem "n'a pas de force légale, est nulle et non avenue et doit être révoquée".

Cette question doit faire partie d'un accord de paix final entre Israéliens et Palestiniens.

"Nous nous en souviendrons quand on nous demandera encore une fois de verser la plus importante contribution" financière à l'ONU, a déclaré l'ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley, déplorant de devoir "payer pour le privilège douteux d'être méprisés", menaçant à nouveau de "mieux dépenser" l'argent des Américains à l'avenir.

Rappelons qu’un jour avant, Donald Trump avait tenté mercredi d’imposer l’influence des Etats-Unis en déclant : "Ils prennent des centaines de millions de dollars et même des milliards de dollars et, ensuite, ils votent contre nous", avant d’ajouter "Laissez-les voter contre nous, nous économiserons beaucoup, cela nous est égal."

D’autre-part, les États-Unis se sont montrés furieux contre leurs quatorze partenaires au Conseil de sécurité.

Du côté israélien, le Premier ministre Benyamin Netanyahu a rejeté l'issue du vote, tout en qualifiant l’Organisation des Nations unies de "maison des mensonges".

Quant à l'ambassadeur israélien à l’ONU, Danny Danon, il n’a pas caché sa colère "Aucune résolution de l'Assemblée générale ne nous chassera de Jérusalem".

Commentant les menaces formulées par l’ambassadrice américaine Nikki Haley de "noter les noms" de ceux qui voteront la résolution, Riyad al-Malki, ministre palestinien des Affaires étrangères, a déclaré :"L'Histoire note les noms, elle se souvient des noms, des noms de ceux qui défendent ce qui est juste et des noms de ceux qui mentent".

Source : L’Express

Anouar CHENNOUFI